Projet péda

 

La halte garderie itinérante la P’tite Récré est un projet mené par la communauté de commune de Monestier de Clermont. Elle est gérée par l’association SOS récré. L’évolution du territoire a conduit l’association et la communauté de communes à la mise en place d’un nouveau mode de garde itinérant des enfants de 0 à 6 ans. L’accueil des enfants se fait dans les salles polyvalentes d’Avignonet, de Miribel-Lanchâtre et du Percy.

L’objectif est de favoriser l’éveil de l’enfant. Il faut qu’il puisse s’épanouir, communiquer en toute sécurité et confiance, tout en respectant la personnalité et le rythme qui lui sont propres.

En favorisant le développement de l’enfant, la P’tite Récré doit pouvoir éviter une rupture brutale avec le milieu familiale : ceci est un facteur de sécurité qui permet d’assurer une socialisation précoce en douceur de l’enfant.

Ce dernier doit s’intégrer à un autre lieu que sa maison, s’ouvrir à d’autres adultes que ses parents, apprendre à vivre en collectivité avec d’autres enfants du même âge ou d’âges différents.

Cet apprentissage est favorisé par la petite taille du groupe (12 maximum dont 3 bébés).

Les missions de la p’tite récré sont de :

  • satisfaire les besoins des familles avec la mise en place d’un lieu d’accueil d’enfants de proximité,

  • mettre en place avec les partenaires (Relais Assistantes Maternelles, bibliothèque, écoles, élus) des activités, animations en communs, propres et adaptés à la petite enfance

  • Etendre la p’tite récré sur un plus large territoire et ouvrir des jours supplémentaires dans d’autres communes intéressées.

LE PROJET EDUCATIF

Il est en lien direct avec le projet pédagogique. Les grandes valeurs éducatives que souhaitent voir véhiculer les parents et les professionnelles ont été regroupées en trois points : le partage, la prise en compte individuelle et vivre ensemble.

LA SPECIFICITE DE LA P’TITE RECRE

Les permanences des parents

Chaque jour, l’équipe est secondée par un parent de permanence de 9h à 13h. Sa présence permet d’accueillir 2 enfants en plus le matin, et donne plus de liberté et de confort pour effectuer des activités.

Le rôle des professionnelles va être d’accueillir le parent de permanence en lui présentant les enfants et le déroulement de la matinée. Les animatrices vont veiller à faciliter son positionnement afin qu’il sache où se placer et quoi faire. Elles vont veiller à ce qu’il échange et partage avec les enfants des moments de jeu, de vie quotidienne et de plaisir.

Grâce à cette permanence, les parents vont apprendre à connaître :

  • la vie en collectivité avec des touts petits,

  • le déroulement d’une matinée avec le repas collectif,

  • les enfants, les animatrices, les autres familles,

  • les différentes activités spécifiques à la petite enfance.

Le parent va pouvoir participer, investir la vie de la structure dans laquelle évolue son enfant et accompagner le groupe dans le jeu, les sorties et les repas.

Les parents ne sont en aucun cas responsables des enfants, c’est pourquoi quelque soit l’activité, surtout en extérieur, un parent ne pourra jamais être seul, et donc toujours accompagné d’une professionnelle.

La relation du parent avec son enfant

La plus grande difficulté, c’est sûrement la relation du parent avec son enfant pendant la permanence. L’enfant peut avoir du mal à vivre la permanence où son parent ne s’occupe pas seulement de lui mais de ses copains. Il est important que son parent lui parle, lui explique ce qu’il va faire à la garderie. Le rôle des professionnelles est de rassurer le parent et de lui expliquer qu’il y a des périodes plus difficiles que d’autres ; ces situations de conflits vont évoluer d’elles-mêmes

Les repas et goûters collectifs

Les repas

Pour une meilleure qualité d’accueil et notamment de présence des animatrices auprès des enfants, le repas est fourni à tour de rôle par les familles. Lors de l’inscription l’équipe distribue aux familles une fiche de recommandation d’hygiène sur la préparation des repas. Il s’agit alors de prévoir :

  • si possible une petite entrée (crudités)

  • un plat pouvant être réchauffé au micro-onde mais ne comportant pas forcément de viande ou de poisson

  • un dessert (yaourt, fruit…)

La viande et le poisson ne sont pas indispensables à cette préparation, car l’équipe estime que l’enfant peut s’en passer le temps d’un repas.

Pendant ce repas, les professionnelles respectent l’individualité de chaque enfant au niveau de ses habitudes alimentaires et de son développement psychomoteur (manger avec ses doigts, une cuillère…). Elles encouragent l’enfant à manger sans jamais le forcer, afin que le repas reste un moment de régal intense.

Pendant le repas, l’enfant apprend à devenir autonome en se servant seul, en allant chercher sa serviette, son assiette.

Le fait de partager le même repas en même temps, adulte comme enfant, permet d’intégrer la famille dans la vie de la p’tite récré.

Les goûters

Le goûter du matin n’est pas nécessaire mais il permet aux animatrices, enfants et parent de permanence de se retrouver autour de la table et de partager le premier moment de la journée en collectivité. Pendant ce temps les professionnelles distribuent aux enfants quelques fruits de saison et leur expliquent le déroulement de la matinée (l’activité prévue, la sortie…)

Le goûter de l’après-midi n’est pas toujours collectif , il s’organise en fonction du réveil de la sieste de chacun.

L’ACCUEIL

Les professionnelles

Il est assuré par trois professionnelles qui tournent sur les 3 jours : une responsable, une éducatrice de jeunes enfants et une animatrice.

Pour tout accueil, les animatrices ont un rôle de prévention et d’observation. Quand une situation les questionne, elles en parlent en équipe lors d’une réunion ou d’une analyse de la pratique pilotée par un psychologue. Elles peuvent aussi faire appel à une tierce personne pour assurer l’enfant (médecin, assistante sociale…) en accord avec les parents.

L’accueil des enfants en situation de handicap

L’accueil d’un enfant en situation de handicap en structure petite enfance est un droit. L’enfant handicapé peut être accueilli à partir de trois mois comme tout autre enfant.

Pour un accueil le plus adapté, il est nécessaire de faire connaître et évaluer la situation de handicap aux professionnelles. A partir de quoi les animatrices rechercheront avec les familles les modalités les plus adaptées aux besoins de l’enfant.

L’accueil des bébés

Pendant l’accueil, un bébé qui ne sait pas s’asseoir seul, les professionnelles vont le placer à plat dos et vont agir sur son environnement et non sur sa posture (si il pleure, elles lui donneront d’autres jouets plutôt que de le bouger) ainsi le bébé va être acteur de ses apprentissages.

L’adaptation

Elle doit se faire par étapes.

Cette période au sein du lieu d’accueil est importante pour que l’enfant se sente en sécurité, et les parents en confiance. Afin que l’enfant ne vive pas la séparation comme un abandon, la transition doit être progressive et nécessite la présence de l’un des parents. La durée de la période d’adaptation varie selon les enfants.

Concrètement, elle passe d’abord par une visite découverte de la structure avec les parents puis l’enfant reviendra seul pendant quelques heures. Cela va lui permettre de faire connaissance avec les locaux, le personnel et les autres enfants. Pour faciliter la transition, il est très important de garder une continuité entre la professionnelle qui accueille l’enfant et les parents.

Les professionnelles veillent à ce que les enfants aient toujours leur objet de transition (doudou, sucette) à portée de vue. Cet objet va aider l’enfant à se séparer de ses parents et va lui permettre de passer plus facilement une journée loin de sa famille. Il va mieux vivre ces moments difficiles comme le sommeil, les chutes…

LE DEROULEMENT D’UNE JOURNEE

L’installation des salles

Les animatrices arrivent une demi-heure avant l’ouverture pour aménager les salles polyvalentes des différentes communes. Elles déchargent le véhicule (couchettes, lits, matériel de puériculture, pédagogique….) Afin que les enfants aient un bon repérage spacial et qu’ils se sentent en sécurité, la disposition de la salle reste toujours identique. Elles mettent en place différents coin matérialisés par des tapis au sol (coin poupées, bébés, bibliothèque….), par des cloisons pour les toilettes et des rideaux pour le coin sieste.

Les mêmes gestes sont répétés le soir lors du rangement.

Accueil des familles

Pour éviter une séparation trop brutale, les parents sont vivement invités à pénétrer à l’intérieur de la structure d’accueil. En effet, si les parents se sentent en confiance dans la structure, il en sera de même pour son enfant.

L’accueil est structuré grâce à des étiquettes personnalisées (que les parents accrochent au portemanteau) et à une feuille d’accueil individualisé concernant le rythme, la santé, et l’humeur des enfants.

Les jeux/activités

L’équipe pédagogique propose des activités sur plusieurs séances pour laisser à l’enfant un temps de découverte et d’exploration. Afin que chaque enfant trouve sa place dans le groupe et prenne du plaisir à jouer, les animatrices séparent quand, c’est possible, les groupes en fonction des ages. Puis elles mettent en place des animations courtes et adaptées. Ces activités sont en lien avec le thème de l’année.

Les professionnelles encouragent les enfants à participer sans les influencer dans leur démarche personnelle, leur investissement et leur envie.

Elles alternent ces moments d’activités avec des temps de jeux libres qui sont des moments de construction personnelle essentielle pour des jeunes enfants.

Les animatrices constatent que les enfants prêts à rentrer à l’école se lassent plus vite des jouets. C’est pourquoi elles empruntent régulièrement des jeux à d’autres structures petite enfance (Relais assistantes maternelles, ludothèque…)

Le partage

L’enfant va vivre avec d’autres personnes,enfants et adultes avec lesquels il va apprendre à partager des moments comme le jeu, le repas, la sieste, le goûter. Le partage se fait également lors d’activité où les animatrices scindent le groupe en fonction des ages et mettent plus d’adultes dans le groupe des plus petits.

Le change/passage aux toilettes

Le change permet d’avoir une relation privilégiée entre l’animatrice et le bébé. C’est un moment calme où l’on peut échanger. Pour le respect de chacun, l’équipe porte une attention particulière vis-à-vis du regard des autres enfants au moment du change. Les enfants plus grands vont apprendre à devenir autonomes : se déshabiller, s’asseoir sur le wc ou le pot, s’essuyer et tirer la chasse seul.

L’accompagnement au sommeil

Pour préparer le coin dortoir, quelquefois les animatrices prennent un groupe d’enfant et ensemble mettent en place ce lieu. Elles déplient les lits, installent les couchettes et font à chaque fois un rappel sur la place de chacun dans le dortoir. Puis viens le moment de la sieste, l’enfant se retrouve dans ce lieu qu’il a construit. C’est cette continuité partagée avec d’autres qui va lui permettre de mieux vivre ce moment de séparation.

Les professionnelles s’occupent des enfants les uns après les autres pour les préparer au sommeil. Elles prennent en compte l’individualité de chacun, des rites de couchage de chaque enfant, et de la sécurité affective. Les enfants apprennent ainsi à respecter le sommeil des autres. Elles accompagnent ce moment de séparation en restant auprès des enfants pendant l’endormissement. Lors de ce moment calme, les enfants se reposent, mais ne sont pas dans l’obligation de dormir.

Afin de respecter leur rythme de sommeil, les animatrices ne réveillent jamais les enfants.

Le départ

Lorsque les parents viennent chercher leur enfant, ils ont à leur disposition un cahier qui résume la journée ainsi que le menu du repas de midi. Les animatrices font un retour oral de la journée à chaque parent pour chaque enfant (le repas, le sommeil, les activités réalisées et les difficultés éventuelles rencontrées). Elles s’aident de la fiche d’accueil sur laquelle elles notent le déroulement de la journée de chaque enfant.

Certains parents restent pour aider les animatrices à ranger la salle.

Les parents et les partenaires (RAM, bibliothèque, écoles, élus, centre socio-culrurel…) font de la p’tite récré un lieu de partage, de rencontre et de vie commune.

La régularité de vie et de soin dans le déroulement de la journée fait que jeune enfant se repère. Il peut ainsi prévoir ce qui va se passer et se structurer dans le temps et dans l’espace en toute sécurité.

Laisser un commentaire